nemo beagle

Avoir un chien change le quotidien

« Didier, quand tu vois quelqu’un tu peux pas d’entrée lui sentir le cul … »

Comment et pourquoi j’ai adopté un chien

Nemo

Entre le film Didier de Alain Chabat que j’avais trouvé nul et une morsure de caniche, j’avoue que les chiens j’aimais ça mais si possible pas trop près de moi. J’aimais les chiens familiaux mais ceux des autres autres, vraiment pas trop. Vous comprenez, ça pue, ça se lèche le derche et ça vous lèche la face, ça mord et j’en passe. Mais voilà, un jour j’ai fini jeune fille au-pair en Irlande avec à ma charge deux petites puces et deux chiens et là, là, ça a changé beaucoup de choses ! Si le plus vieux des chiens ne m’a pas marqué c’est peut-être parce qu’il était aveugle, sourd et pas aimable pour deux sous alors que Harvey a été pour moi une source de bonheur intense.

Oui je pourrais vous dire mon ressenti sur être jeune fille au-pair mais cet article n’est pas là pour ça donc je ne vous parlerai que de cet aimable toutou. Harvey était un beagle croisé basset, un peu lourdaud, un peu têtu mais tellement amical. Il avait été sauvé de l’euthanasie par ses propriétaires. Le pauvre avait comme unique problème de ne pas être pure race, toute la portée devait avoir le même sort mais finalement ils ont tous été sauvés. Ce chiot qui volait de la nourriture et n’écoutait que peu ses maîtres m’a tout de suite obéis. Je le promenais sans cesse et surtout sans laisse ! Toujours à côté de la poussette du bébé, Harvey était un fidèle compagnon. Il s’était tellement attaché à moi que la mère de famille me l’a proposé à la fin de mon séjour mais étant étudiante je ne pouvais pas m’en occuper et le laisser la journée dans un 20 mètres carré .

Les années ont passé et l’envie d’avoir un beagle à moi est restée … jusqu’à ce jour fin septembre 2017 où il a failli se concrétiser. J’aime regardé de façon régulière le site de la SPA depuis des années. Sûrement pour me dire qu’il y aura moins d’animaux dessus le mois suivant. Mais en cette fin septembre c’est surtout Itac qui retient mon attention … Joli beagle de 6 ans, il est à l’adoption et là mon cœur chavire. Mon mari qui ne m’avait guère offert de bague de fiançailles (par peur qu’aucune bague ne me plaise) m’a proposé de m’offrir un chien de fiançailles post-mariage. Une de nos idées farfelues. La SPA ne proposant pas de visites hors box le matin j’ai noté les horaires d’ouvertures l’après-midi et j’ai profité de ma matinée pour aller chercher le nécessaire pour l’arrivée imminente de Itac à la maison. Je voulais vraiment qu’il arrive dans un cocon d’amour après ce détour par la SPA. A l’ouverture je me presse à l’accueil pour demander à voir Itac et à le sortir de son box car je suis prête à l’adopter. Déconfiture, il est parti le matin-même et le site de la SPA étant hors-service je n’avais pas pu le voir. J’avoue ne pas comprendre comment il est possible d’adopter un chien sans être aller le promener un peu hors de sa cage. On me propose de faire un tour et de voir les autres chiens, « au cas ou » … Je fais le tour et j’aperçois un autre beagle, décidément ! Il se roule sur le dos et me lèche les doigts. Je retourne donc à l’accueil où l’on m’apprend qu’il n’est qu’un petit fugueur et que ses propriétaires viennent le chercher. Je suis contente pour lui mais moi qui était prête à avoir ma boule de poils,  je rentre chez moi la boule au ventre.

Nemo

Cette déconvenue m’a vraiment rendu triste les jours qui ont suivi. Le barbu (oui je vais pas dire mon mari sur tout les articles) a décidé de changer de plan et de prendre un chiot, un pur race. J’ai donc écumé les sites d’éleveurs et j’ai fini avec 3 élevages et 4 chiots mignons. Les deux premiers élevages m’ont refoulé et le troisième avait encore plusieurs chiots disponibles, j’hésitais entre 2.

 

Comment ai-je choisi mon chiot ?

Je savais que je voulais un mâle. Sur les sites j’ai regardé les photos, le physique joue beaucoup. Mon chiot et son frère avaient des « soucis ». L’un avait une mâchoire trop large et l’autre n’avait qu’un testicule de descendu. Le barbu n’aimait pas trop celui avec un mâchoire large car il avait une tête de voyou, moi je le trouvais différent. Une fois sur place, j’ai laissé les chiots venir à moi, mâles et femelles. Je ne voulais pas me tromper. Et là, surprise un chiot vient gentiment se faire câliner et un autre commence à manger mes chaussures et mon sac à main. Devinez de qui il s’agissait ? Des deux que j’avais choisi … Celui qui n’avait qu’un testicule était le mignon et l’autre le voyou. J’ai donc pris Nemo, le chien mignon et je ne regrette pas.

nemo

Pourquoi Nemo ?

Quand je l’ai adopté mon beagle avait déjà 4 mois et l’éleveuse l’avait nommé ainsi. Il répondait déjà à son nom donc je n’allais pas le changer. Beaucoup se sont moqués « c’est pas un poisson », « Macron a pris le même nom pour son labrador », … mais pour moi il s’agit d’une référence à Jules Verne. Mon chien c’est Capitaine Nemo. C’est aussi un adorateur de nourriture donc, bien souvent, je l’appelle Nem ou Nemgro.

nemo

Au début, il avait peur

Mon quotidien avec un chien

Avoir un chien ça bouscule un peu les habitudes ! Il faut le nourrir à heures fixes … 3 fois par jours au début c’est bien, sinon 2 fois. Travaillant en décalé avec le Barbu, nous avons instauré un rythme au chien où il est nourri le matin vers 8h, le midi vers 12h30 et le soir vers 19h30. Il mange des croquettes (nous allions dans un magasin spécialisé mais notre chien n’aime qu’une marque de croquettes) et parfois il a de la pâté. Côté friandise c’est de la viande séchée.

Nemo beagle

Ensuite, c’est une façon de devoir sortir de chez soi ! Il faut au moins 1h de marche par jour (qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige), même si on a un jardin, le top est d’aller promener son chien.  Nemo cours deux fois par semaine avec le Barbu, je marche entre 2h30 et 4h au moins une fois dans la semaine et sinon c’est deux promenades quotidiennes de 30 minutes.

Le sac à caca deviendras ton meilleur allié. Et oui, un chien c’est mignon mais ça a des besoins et les déjections c’est mieux dans une poubelle que sous les chaussures du voisin pour faire accepter son compagnon. Dans mon quartier nous sommes nombreux à avoir un toutou et j’avoue qu’il y a des zones où c’est franchement pas propre pour ne pas dire que c’est franchement dégueu’. Je trouve ça honteux, il y a des poubelles partout et les sacs ne coûtent rien et même si s’était cher, quand on veut un chien on s’en donne les moyens.

Le chien aboie parfois dans le jardin et étant en ville c’est une nouvelle source de stress pour moi … dérange-t’il mes voisins ? Est-il trop bruyant ? En fait ça va, il ne fait pas trop de bruit et mes voisins en sont même plutôt étonné. Ouf, pourvu que ça dure !

 

Enfin dans mon nouveau quotidien, je connais les gens qui vivent dans mon quartier. Nous nous saluons, entre propriétaires de chiens nous discutons pendant que nos chiens jouent. Bref, grâce à Nemo j’ai une vie sociale beaucoup plus épanouie. J’habite Lyon mais je ne me sens plus dans une ville énorme. J’ai des repères à échelle humaine et des voisins que je connais. Je vais au parc, je rencontre des Mamies, des Papys, des enfants, des jeunes couples (comme le Barbu & moi) et j’adore ça !

nemo


A présent que les présentations sont faites, je vais offrir à Nemo une chronique sur ce blog ! Il vous parlera de temps à autres de ses tracas, des ses joies, de sa vie et de ses amis !

Précédent

Dans la boutique Etsy d’Artgraphmoi

Suivant

Harry Potter : ma saga lecture de décembre

  1. Merci de nous présenter ton nouveau venu 🙂 J’ai moi aussi un petit chien, une petite plutôt, sheltie ! Je ne l’échangerai pour rien au monde.

    • La relation que l’on lie avec notre chien est véritablement étonnante. Je ne pensais pas que ce serait à ce point là et non, aucun chien ne peut remplacer celui que l’on aime.

  2. Ton article est très touchant! Je te te félicite pour cette adoption! J’espère que Némo viendra nous raconter ses histoires sur ton blog!

Laisser un commentaire

A Romantic Touch Of Barbarism !

%d blogueurs aiment cette page :