écriture

Ecriture #3

En guise de texte, je vais vous présenter une lettre ouverte à ma terre natale que j’avais rédigé cet été, sous la chaleur étouffante de Lyon. Me voici déjà avec deux articles affirmant mon amour inconditionnel à la Normandie et je ne pense pas que ce soit les derniers !

J’irais revoir ma Normandie

L’odeur du sel, le bruit des vagues, les falaises … Tout me manque ! Normandie je crie ton nom, mon coeur est à l’abandon depuis que j’ai quitté tes champs verdoyants. Depuis que j’ai un ventilateur en collocation, je me souviens du bonheur du crachin, du vent et de l’humidité.

C’est en perdant ce qui nous est cher que nous prenons conscience de sa valeur. Triste constat et pourtant tellement vrai. J’ai toujours fuit ma Normandie, aujourd’hui je ne rêve que de sa pluie, de ses plaines, ses vaches et ses pommiers en fleurs.

Les soirs de vague à l’âme, j’aimais me retrouver face à l’immensité du monde. Assise sur les galets, l’horizon comme seul témoin de mes pensées. La beauté d’un paysage dégagé, naturel et vaste, voilà ce qui manque aujourd’hui à ma vie de citadine. Ici ce n’est qu’immeubles, bâtisses hautes et transports en tout genres. Pollution visuelle à chaque centimètre carré. Même le ciel n’est pas véritablement visible, le soir ne cherche pas les étoiles, la lumière de la ville t’empêchera de profiter de l’univers. Alors voilà, je suis dans une ville immense et je me sens coincée, enfermée, piégée. Où sont ces paquebots qui me laissaient un goût d’ailleurs et un présage de voyage ?

Même si c’est souvent gris, parfois il fait beau en Normandie et là, toujours au même endroit, sur la plage de galet vous pouvez apercevoir les côtes anglaises. C’est un peu comme un miroir déformant. Là-bas c’est presque comme la Normandie : falaises, galets, pommiers, plaines vertes, pluie et ciel gris mais on ne roule pas dans le même sens, on ne parle pas tout à fait la même langue (bien que cela reste discutable) et surtout c’est une île. Rêve d’une culture décalée, presque le sienne mais pas tout à fait.

Normandie, Angleterre je reviendrai ! Je vous aime tant que loin de vous je dépéris.

+ Photos trouvées sur le compte Pixabay de 453169, il a de très belles photos de Honfleur notamment.

Précédent

La pause culture #1

Suivant

Une passion comme remède

  1. Qu’il est beau ton texte <3
    Je suis repassée par ici et je voulais t'envoyer plein de mots d'encouragement. J'aimais beaucoup ton blog, c'est dommage de ne pas l'avoir poursuivi !
    J'espère que tout va bien de ton côté

    • Merci beaucoup ♥
      Je pense que j’avais fait une overdose de net, que je voulais du changement et un peu de recul. J’espère bien reprendre car j’ai besoin d’écrire ! Ton message est le premier que je lis en rouvrant le blog et je suis vraiment émue.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :